dimanche 26 mars 2017

Je crois me souvenir (4)*

qu'il y a 7 ans de cela, j'ai pris un train un dimanche de Périgueux pour Les Eyzies avec mon vélo. Le TER était désert. C'était l'automne, il faisait encore chaud. J'ai pédalé en faisant une boucle dans ce secteur de falaises et de combes secrètes. Je me souviens avoir aperçu des résidences de vacances sous les grands arbres, des campings aux pelouses rustiques et très vertes, déjà presque abandonnés. Je suis rentré en fin d'après-midi avec le sentiment d'avoir fait une étrange rencontre. Effectivement, celle-ci allait changer ma vie.

*Souvenir fictif...

Le sommeil de Haruki Murakami

Que se passe t-il lorsqu'une femme japonaise ordinaire ne peut plus dormir ?
Elle lit.
Elle ne dort plus et ce n'est pas un problème. Du coup elle s'observe vivre dans son quotidien si banal.
Puis elle décide d'aller explorer le monde, seule, la nuit avec sa voiture. Et lorsque survient un emballement dans la fantastique étrangeté de Murakami, la nouvelle est finie.

Un très bel objet, illustré par Kat Menschik sur papier glacé, en noir et blanc, et gris brillant. Editions 10/18.
















Haruki Murakami


Merci Manue pour ce pertinent k-do de Nawel.

samedi 25 mars 2017

Ruffin derechef !

Si comme moi vous aviez manqué ça, petite session de rattrapage...




Lormont derechef !


Quelques idées claires sur la façon -politiquement correcte- qu'ont les médias de dévoyer l'idée de souveraineté...






 Merci Baba Yoga !

mardi 21 mars 2017

Fillon la dent creuse...

Plus tu creuses, plus c'est carié...

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/03/21/fillon-a-recu-50-000-dollars-pour-mettre-en-relation-un-industriel-libanais-et-poutine-selon-le-canard-enchaine_5098571_4854003.html

http://www.lemonde.fr/affaire-penelope-fillon/article/2017/03/21/affaire-fillon-l-enquete-elargie-a-des-faits-d-escroquerie-aggravee-de-faux-et-usage-de-faux_5098534_5070021.html


Une série française : "Les vivants et les morts"

Juste un regret : dans la forme trouvée à la médiathèque de Périgueux, on dirait qu'il manque des épisodes. La version télévisée était-elle plus complète ? Les sauts narratifs sont redoutables. Dommage car on a envie de savoir tout, ce qui est bon signe, évidemment.
Gérard Mordillat le gauchiste est l'auteur de cet essai sérivisuel réussi...

8 épisodes d'environ 50 minutes environ.

  

Les frères Sisters, de Patrick De Witt

Pourquoi cette histoire de deux frères, espèces de cow-boys ratés -mais impitoyables- résonne t-elle agréablement le long du fil de leurs destins chaotiques ?
C'est l'histoire d'un retour aux sources, une maturation psychologique qui les ramènera près de leurs racines enfantines, là où leur fureur était née.
Et tout cousu de fil comique.

Très recommandable.
De Witt est canadien de la côte ouest, le livre fut traduit par Emmanuelle et Philippe ARONSON.




















Patrick De Witt

Télérama a émis un avis que j'approuve des deux ouïes .





















dimanche 12 mars 2017

Les Maîtres du Mystère

Emission culte des années 50, à une époque où la télé n'avait pas encore envahi les foyers. Elle rassembla jusqu'à 12 millions d'auditeurs. Diffusée d'abord sur Paris-Inter puis France Inter.

J'en ai écouté une bonne flopée  il y a une décade de cela, et je m'y replonge gentiment car je découvre que de nouveaux titres ont été mis en ligne. Je posterai les plus savoureusement stressants.

A laisser filer pendant le repassage...

Celui-ci n'est pas mal...




Silence, de Martin Scorcese

Trop long, trop lent, interminable (2 h41), ce n'est pas la première fois, ces derniers temps que je me fais scotcher devant des récits sans fin, qui se tiendraient parfaitement dans la moitié de leur durée. Je serai prudent à l'avenir donc.
Mais ce n'est pas tout, car l'essentiel de la narration suit le cas de conscience d'un prêtre portugais, lequel se fait débarquer au Japon pour retrouver un missionnaire disparu dans l'île quelques années auparavant, y assiste impuissant à des persécutions de chrétiens, est fait prisonnier, et doit subir le spectacle du supplices de ses coreligionnaires, utilisés pour le faire abjurer sa foi. Et c'est donc un défilé de tortures diverses qu'on inflige au spectateur (le "vrai martyr" de ce film, dixit le Masque et la plume) avec pas mal de complaisance dans ces scènes de cruauté raffinée.
Au bout d'un moment, les autorités nippones organisent la rencontre entre le prêtre mis à cette forme de supplice avec le fameux maître disparu, lequel avait abjuré, s'était intégré, marié, et devait peser sur la conscience du prisonnier pour qu'il abdique lui aussi de sa foi. Ce que ce dernier fait dans des tourments supplémentaires infinis, jusqu'au dernier plan du film, sensé sublimer ce brave type.
Certes, les reconstitutions historiques sont soignées, et Dieu qui n'existe pas sait que j'y suis sensible, mais pour moi, ce n'est qu'une entreprise de prosélytisme chrétien jusque dans la dédicace de fin de film "Aux chrétiens du Japon et à leurs prêtres"...
Bon, je ne vous conseille nullement cette perte de temps.

Et vive l'Occident Chrétien, bande de p'tits salopards !











Chrétiens crucifiés à marée basse...







vendredi 10 mars 2017

La première chose que l'on remarque en arrivant en Argentine,

ce sont les manifestations de rue.
Pour moi, en passant la Cordillière des Andes, venant du Chili, ce fut à Bariloche, et c'étaient précisément des femmes qui défilaient pour leurs droits (cela concernait la contraception ou l'avortement)...

Les femmes d'Amérique du Sud ont quelques légitimes raisons de protester contre leur sort...

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/03/09/les-argentines-fer-de-lance-du-feminisme-sud-americain_5091897_3222.html















La mobilisation du 9 juin 2016 à Buenos Aires.







mercredi 8 mars 2017

De St Malo à Rothéneuf, à vélo























Notre princière tanière (en fait un modeste appart dans cette demeure...)

























Petite incursion intra-muros avant de partir à l'est, vers Paramé.











































Sur le sillon (la digue de Paramé), les vélos peuvent rouler... au pas.

























































Rencontre avec une zone de rencontre.
































































Pointe de la Varde, des vestiges allemands.


 














Notre-Dame des Flots, à Rothéneuf.




















Il y a à l'écart des rochers sculptés qui se visitent, avec entrée payante, une représentation de chevalier, égarée au pied d'une grande croix...






























A Saint-Malo, les remparts proposent une magnifique balade, avec des perspectives sur la vieille ville, et des paysages marins formidables.
























Pensée malouine en vitrine d'une librairie fermée...

















La maison de la Houssaye, une des plus ancienne de la ville, qui a été épargnée par les incendies du XVIIème, et le bombardement de 1945.














































































Une statue de Surcouf, qui montre le soleil couchant pour le dénoncer, car lui-même détestait aller au lit.



Pendant des années, ça a été la journée de sa femme, à Fillon !

Je propose donc qu'on instaure pour tous, femmes et hommes, la journée de la flemme, où qu'on serait payés comme des Nababs en en foutant pas une ramée !

8 mars : journée des droits de la femme

Un moment pour rappeler que les jeunes filles peuvent défier tout au long de l'année, les symboles de la -prétendue- force masculine...

http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/03/08/une-jeune-fille-defie-le-taureau-de-wall-street-au-nom-de-la-diversite_5090876_3234.html















dimanche 5 mars 2017

Du culte de Mithra en Corse

Lors de la rentrée radiophonique de septembre dernier, le magazine hebdomadaire d'archéologie de France Culture s'est renouvelé. Il a changé de nom (anciennement "le salon noir") aujourd'hui "Carbone 14", et s'est recentré autour de découvertes plus proches du terrain, moins perdu dans des débats historiographiques qui ne retenaient pas souvent mon attention.

Hier, l'émission était consacrée à un chantier de fouille en Corse, Mariana, connu pour être le site de la plus ancienne et plus belle église romane de l'île. Il était également déjà identifié comme une implantation romaine, comme souvent Gaule méridionale, lieu de "retraite" pour des légionnaires vétérans.
















Photo INRAP 
 
Et voilà ti pas qu'ils tombent sur un lieu de culte orientalisant, le fameux culte de Mithra, souvent identifié par une représentation sculptée, celle du sacrifice d'un taureau. Culte à mystère (comme à Eleusis en Grèce), culte d'initiés solidaires, très hiérarchisé...

Une description plus complète de cette pratique trouvée dans "la main rouge", reprenant elle-même un texte de Christopher gérard :

Mais qu’est donc le Mithriacisme ? Dans son « Parcours Païen », Christopher Gérard en dresse un exact aperçu:
« Mithra est un dieu indo-iranien,de la fidélité, de l’amitié et du contrat. Il symbolise l’harmonie personnelle, sociale et cosmique. La morale mithriaque est une morale solaire, une éthique de la lumière: amour de la vérité, fidélité à la parole donnée sont centraux. Il s’agit aussi d’une religion de l’énergie car Mithra vainc le taureau grâce à sa volonté inflexible et à la force de ses bras. Ce qui lui permet de restaurer l’ordre cosmique un instant menacé par les forces du chaos, du non-être et de la mort. Par la dexiôsis, l’étreinte des mains droites, Mithra scelle son alliance avec Sol. La main droite symbolise dans de nombreuses traditions, la puissance te la volonté. Il s’agit aussi ici d’un engagement, d’une parole donnée, à laquelle une fidélité sans faille est de mise. Le succès du Mithriacisme dans les milieux militaires surtout, mais également dans la haute administration et les milieux d’affaires peut s’expliquer par cette sacralisation du lien fraternel et indissoluble, garanti par un serment et gage de salut. La loyauté, la fides romaine, source de bonheur et de salut dans un monde difficile, ne pouvait que séduire l’esprit juridique et moral des cadres de l’Empire romain. Il y aurait d’ailleurs des recherches à faire quant aux liens entre éthique mithriaque et éthique féodale et/ou chevaleresque. Les points communs sont nombreux: exaltation de la notion de service, morale de l’action et de l’énergie, lutte contre le mal, nécessité de l’obéissance et d’une hiérarchie stricte, exaltation de l’honneur et de l’amitié, non point l’amour abstrait et universel des Chrétiens (et qui a pour corollaire obligé l’ingérence dans la vie de l’autre et la « correction fraternelle ») mais solidarité concrète à l’égard des membres de la phratrie ».

Les amateurs d'histoire en Périgord (et en Saintonge...) voient sans doute bien de quoi il s'agit, car la crypte de l'église monolithe d'Aubeterre-sur-Dronne, retrouvée en 1961 lorsqu'un camion fit écrouler une partie de sa voûte, est souvent interprétée comme la récupération chrétienne d'un lieu de culte à Mithra.











Visite à 360° de la crypte ?

On est là au coeur de la problématique de la christianisation de nos contrées, et de l'élimination progressive de tous les cultes concurrents...







Pour bien comprendre les propos des archéologues en Corse, je propose de suivre la vidéo inclue dans cette présentation proposée par l'INRAP :

http://www.inrap.fr/le-dieu-mithra-decouvert-en-corse-12313




vendredi 3 mars 2017

Lion de Garth Davis

Une histoire vraie ahurissante. Dans l'Inde des années 1980, un gamin de 5 ans vit avec sa mère et son frère, de petits boulots. Un soir, son frère l'emmène dans une gare. Ils montent dans un train vide à l'arrêt. Le grand frère lui dit de l'attendre.Il s'absente sans donner de raison. Mais le gosse s'endort. Le train démarre, ses portes sont fermées. Il traverse l'Inde, le gamin débarque en gare de Calcutta...

On retrouve le côté réaliste et impitoyable de la description des sociétés de pauvres indiens de Slumdog Millionnaire. Le gamin est assez vif heureusement pour lui, et échappe in extremis à des trafics divers, dont on devine qu'ils visent à une exploitation inhumaine des enfants.

C'est aussi l'histoire d'une obsession, celle qu'ont beaucoup d'enfants adoptés : retrouver leurs origines. Là, de plus, le gamin a des souvenirs précis de sa vie avant le grand voyage...


















L'extraordinaire gamin s'appelle Sunny Pawar.

Si vous pensez aller le voir, à mon avis, cette bande-annonce en annonce trop...






On ne connaît le pourquoi du titre que dans les 5 dernières secondes du film...



Une solution contre les trolls ?

Le QCM avant commentaire pour vérifier que vous avez au moins lu l'article...


http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2017/03/02/pour-pouvoir-commenter-un-site-oblige-les-lecteurs-a-vraiment-lire-l-article-avant_5088270_4832693.html



jeudi 2 mars 2017

Flûte à bec alto, par Benoît Sauvé

Pour ma part, première fois que j'entends la flûte à bec en version jazz, à ce niveau de maîtrise...





Merci Jean-Luc, pour cette découverte !

Déjà, qu'un type féru de botanique découvre l'ophrys miroir à Pessac,

en Gironde, c'était improbable, vu qu'on ne trouve cette orchidée qu'en pays méditerranéen, en principe. Mais que cette trouvaille permette de bloquer un projet immobilier contesté à cet endroit précis, ça c'est de la conjonction favorable de planètes...




L'ophrys speculum, ou miroir...

























Photo Mario A. Diges

mercredi 1 mars 2017

Et encore à Auray, un photographe, Christian Huet


Spécialisé dans les panoramas de nature et paysages divers, vendus et expédiés dans différents formats. Site malheureusement inaccessible en ce moment.





























Et ma préférée : St Goustan sous la neige, vue d'Auray


mardi 28 février 2017

De passage à Saint Goustan (Auray), une découverte :

l'atelier de la plasticienne Elisabeth FAUCHEUR.

 Personnellement, j'aime beaucoup les assemblages d'objets récupérés et détournés.
























"Encore bleue"
























"Le boxeur"
























"Le randonneur du golfe"
























"Sculpture"






















"Tique suédoise"



















"Idéale"
























"Secret de polichinelle"























"A coudées franches"

















Mais elle sait peindre aussi...
























"Encore bleue"
























"Soif de couleurs"




Merci à elle pour son autorisation de reproduire les clichés de ses oeuvres.